Donate

View this page in English >
Un Départ Sain constitue une campagne prioritaire que va mener WaterAid au niveau mondial au cours des 4 prochaines années. Il est axé sur l’amélioration de la santé et de la nutrition des nouveau-nés et des enfants. Un Départ Sain

En 2013, plus de 2,7 millions de bébés sont décédés au cours des quatre premières semaines de leur vie. Ce problème touche très largement les pays en voie de développement, plus de 99 % des décès néonatals se produisant dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Tragiquement, dans les pays en voie de développement, pour un bébé sur cinq qui décèdent au cours du premier mois de leur vie, le décès précoce aurait pu être évité si l’enfant avait été lavé avec de l’eau salubre et avait bénéficié d’un environnement propre, et si les personnes qui en étaient responsables s’étaient lavé les mains.

L’année dernière, en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud, 4 bébés sont morts toutes les 5 minutes de causes tout à fait évitables comme la sepsie, la méningite et le tétanos — des infections toutes fortement liées à de mauvaises conditions d’hygiène. Les recherches montrent qu’en assurant à chaque bébé Un Départ Sain, le risque de contracter ces infections chute considérablement. L’une des études a montré que si la mère et l’assistant à l’accouchement se lavent les mains, la probabilité qu’un enfant décède au cours du premier mois de sa vie est diminuée de plus de moitié.


Peggy Mpundu - FR

Il est difficile de se figurer qu’il peut exister des professionnels de la santé, des responsables de services de santé ou des ministres de la Santé qui ne soient pas conscients des risques qui sont encourus lorsqu’on expose des bébés à des risques d’infection à cause des mauvaises conditions d’hygiène qui prévalent lors de leur naissance et des pratiques d’hygiène insuffisantes. Et pourtant, des femmes accouchent encore dans des environnements qui ne disposent pas d’eau salubre, de savon ou d’assainissement, à l’aide d’un personnel soignant qui ne peut assurer ou qui ne pratique pas une hygiène de base.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment publié une première étude sur l’accès à l’eau, l’assainissement et les installations nécessaires au lavage des mains dans les centres de santé des pays en développement. Sur les 54 pays étudiés, 38 % n’ont pas accès à l’eau.

Les conséquences sont bien trop souvent tragiques : une femme vivant en Sierra Leone court un risque sur vingt-et-un de perdre son enfant des suites d’une sepsie au cours de sa vie. Au Royaume-Uni, le même risque est de 1 cas sur 7 518. WaterAid veut que chaque personne, où qu’elle se trouve, puisse accéder à l’eau salubre, à l’assainissement et à de bonnes conditions d’hygiène d’ici 2030. À notre avis, tous les établissements de santé doivent de toute urgence pouvoir disposer d’équipements de fourniture d’eau et d’assainissement. Les systèmes de santé doivent, quant à eux, prendre la responsabilité de garantir la mise en place de ces normes.

En savoir plus dans notre publication Un départ sain: le premier mois de la vie >

Pour plus d'informations il vous plaît contacter healthystart@wateraid.org >